Finances et politiques fiscales

Les chiffres de Statistique Canada du mois de juillet suggèrent que les détaillants continuent de lutter pour sortir de la pandémie COVID-19

18 septembre, 2020

Communiqué

 

Pour DIFFUSION immédiate


TORONTO – 18 septembre 2020

 

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) note que les chiffres du commerce de détail de juillet, comme l’a signalé Statistique Canada ce matin, montrent que de nombreuses catégories du secteur sont encore tendues et luttent pour survivre à la pandémie de la COVID-19. Après un grand bond en juin, la baisse de 1,2 % en juillet des ventes de détail de base suggère que la reprise du commerce de détail ralentit, ce qui correspond à ce que nous avons vu au cours des deux derniers jours avec des chiffres provenant du Royaume-Uni et des États-Unis.

 

Les différents créneaux de vente au détail continuent de rebondir à des rythmes variables. La baisse des ventes dans les magasins d’aliments et de boissons était attendue puisque les restaurants rouvraient leurs portes pendant le mois de juillet. Cette attente était également vraie pour les magasins de marchandises générales, car d’autres magasins plus spécialisés en concurrence avec eux ont rouvert. Les secteurs qui avaient été particulièrement touchés comme les vêtements, les bijoux, les bagages et les accessoires ont connu une croissance plus forte, après avoir connu des niveaux beaucoup plus bas au début de la crise. À l’inverse, les secteurs qui avaient bien fait au cours des premières phases de la réouverture ont quelque peu reculé, notamment les matériaux de construction, les fournitures de jardin, les articles de sport, les loisirs, les librairies et les magasins de musique. Cela dit, les consommateurs ont été plus conservateurs dans leurs achats, ces dernières catégories ayant reçu un coup de pouce plus tôt et les catégories de vêtements et d’accessoires étant les dernières à remonter.

 

«Les chiffres de juillet continuent de refléter les nombreux défis auxquels sont confrontés les détaillants au cours de cette pandémie», a déclaré Diane J. Brisebois, présidente et chef de la direction du Conseil canadien du commerce de détail. «Nous pouvons présumer que les chiffres de juin publiés par Statistique Canada le mois dernier comprenaient une certaine demande refoulée pour divers produits et que, par conséquent, les chiffres de juillet présentent vraiment un état plus précis de la vente au détail au Canada. »

 

Comme le CCCD l’a signalé avec les chiffres du mois dernier, il n’est pas surprenant que nous continuions de voir une légère réduction de la demande de commerce électronique puisque les consommateurs ont pu retourner physiquement faire leurs emplettes dans les magasins dans toutes les provinces du Canada pour l’ensemble du mois de juillet. Le rapport d’aujourd’hui montre que le commerce électronique a été de 4,8% du total des ventes au détail en Juillet contre 5,4% en Juin (ces pourcentages ne comprennent pas les vendeurs de commerce électronique tels que Amazon ou Wayfair). Nous nous attendons à ce que les Canadiens continuent de magasiner en ligne pendant l’ère COVID-19 et bien au-delà.

 

À l’avenir, il y a plusieurs défis qui permettront de tester les détaillants, y compris une possible deuxième vague de COVID-19, ainsi que des jours fériés comme le Vendredi Fou et le Cyber Lundi et le manque de trafic de consommateurs dans la plupart des centres-villes à travers le Canada. À l’échelle régionale, la plus forte croissance en juillet a été la région de Toronto, qui a été la dernière grande région à rouvrir à l’échelle nationale, mais qui demeure plus en baisse que tout autre grand centre d’une année à l’autre. Toutefois, les ventes au détail du Québec ont légèrement augmenté de 0,1% en juillet après deux mois de fortes hausses, tandis que les ventes sont demeurées stables dans la communauté métropolitaine de Montréal (-0,0%).

 

Puisque de nombreuses personnes travaillent et étudient encore de la maison, nous nous attendons à ce que les futures données de Statistique Canada montrent que même si les consommateurs font des achats, ils reflètent les modes de vie changeants à la lumière de la pandémie. Les dépenses discrétionnaires seront reflétées dans ces changements de mode de vie et nous nous attendons à ce que l’accroissement dans les ventes liées à l’amélioration de l’habitat, les meubles et les appareils électroménagers, les divertissements en plein air (chauffages de patio, foyers), les articles de sport (équipement de ski, ski-doo) et les articles liés aux loisirs (jeux, électronique) continuent à vendre mieux que la plupart des autres catégories. Maintenir l’offre avec la demande de produits populaires devient difficile pour certains détaillants, mais avec l’augmentation de la fabrication, les magasins devraient voir ces articles de retour sur les tablettes plus tard à l’automne.

 

Pour de plus amples renseignements ou pour planifier des entrevues avec les médias, veuillez communiquer avec :

Jean-François Belleau
jfbelleau@cccd-rcc.org
514-210-1709

 

-30-

 

À propos du Conseil canadien du commerce de détail

L’industrie du commerce de détail est celle qui comporte le plus grand nombre d’employeurs du secteur privé au Canada. Les membres du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) représentent plus des deux tiers des ventes au détail au pays. Le CCCD est une association à but non lucratif financée par cette industrie et représente les petites, moyennes et grandes entreprises de vente au détail dans toutes les collectivités du pays. En tant que la Voix du Détail ™ au Canada, nous sommes fiers de représenter plus de 45 000 vitrines de magasins dans tous les formats de vente au détail, y compris les rayons, les épiceries, les spécialités, les rabais, les détaillants indépendants et les marchands en ligne. Le commerce de détail au Québec spécifiquement, c’est plus de 33 000 magasins, plus de 500 000 travailleurs et plus de 80 milliards de $ de ventes au détail annuellement.  www.commercedetail.org

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.