Marketing et marchandisation | Opérations en magasins

Magasinage des effets scolaires : Le Québec préfère aller en magasin

24 août, 2020

Source: Cision

Une étude quantitative menée auprès de 1 513 répondants pour le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) entre le 7 et le 9 août dernier par la firme Léger démontre que, malgré le contexte sanitaire, les Québécois préfèrent fortement faire leurs achats scolaires en magasin. Tout comme ce fut mesuré en 2019 dans le cadre de la rentrée scolaire et pour les achats des fêtes, le CCCD constate que les Québécois sont attachés à leurs détaillants et ne sont pas prêts à délaisser le « brique et mortier ».

En effet, pour l’année 2020, 86 % des consommateurs québécois étaient déterminés à se rendre en magasin contrairement à 69 % des Ontariens et 73 % ailleurs au Canada. Par le fait même, le taux d’attraction des achats en ligne est aussi moindre au Québec que dans le reste du Canada. C’est donc 19 % des Québécois qui prévoient faire leurs emplettes d’effets scolaires en ligne contre 40 % pour le reste du Canada.

« Cette différence entre le Québec et le reste du Canada est une tendance lourde dans toutes les enquêtes de consommation que nous avons menée dans les deux dernières années. Nous sommes surpris de constater que le contexte pandémique n’y change rien ! » a déclaré M. Jean-François Belleau, directeur des relations gouvernementales pour le CCCD-Québec.

 

Faits saillants

  • La moyenne des dépenses (ou dépenses prévues) pour les articles de retour à l’école en 2020 est de 727 $ contre 919 $ en 2019.
    • 41 % des Canadiens ont fait des emplettes pour la rentrée des classes en 2019 contre 37 % en 2020.
  • En moyenne, à l’exception des produits liés à la santé, les acheteurs de retour à l’école dépensent également moins d’argent pour les dépenses liées à l’école au cours du mois d’août 2020.
    • Les consommateurs ont dépensé en moyenne 28 $ en produits liés à la santé en 2019, contre une dépense prévue de 49 $ en 2020.
  • Les vêtements et articles de sport affichent la plus forte diminution des dépenses dans toutes les régions, sauf au Québec, où les consommateurs achètent plus de fournitures scolaires et d’articles de sport que les autres régions du pays.
    • Lorsqu’on a demandé, dans un récent sondage Léger, si les Canadiens s’inquiétaient ou ne s’inquiétaient pas du retour des enfants à l’école à la fin de l’été, les Québécois étaient à 56 % contre le reste des Canadiens à 64 %.
    • Lorsqu’on a demandé si les Canadiens craignaient de contracter la maladie, 61 % des Canadiens se sont dits inquiets tandis que 52 % des Québécois ont indiqué être inquiets de contracter la COVID-19.
  • Cela peut expliquer pourquoi les Québécois dépensent en moyenne plus que le reste du Canada pour la rentrée scolaire, car ils sont moins inquiets de contracter la maladie que les Canadiens du reste du Canada.
  • Avec l’apprentissage à distance dans la plupart des régions du pays tout au long de la pandémie (dès avril 2020), de nombreux achats qui auraient été effectués pendant la période de magasinage de la rentrée scolaire l’ont été plus tôt dans l’année.
    • Plus précisément, dans des catégories telles que les meubles, l’électronique, les fournitures scolaires, les livres et les articles connexes.
    • La catégorie la plus touchée est celle des vêtements/chaussures, ce qui montre que le pourcentage d’acheteurs qui avaient ou prévoyaient dépenser en vêtements/chaussures pour la rentrée scolaire est passé de 78 % en 2019 à 69 % en 2020.
  • De plus, étant donné que de nombreuses régions du pays sont toujours aux prises avec des directives de retour à l’école en personne, les résultats du sondage de cette année ne sont pas surprenants, car de nombreux parents et élèves ne savent toujours pas à quoi ressemblera la rentrée scolaire à l’automne.

 

À propos du Conseil canadien du commerce de détail

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) est la voix des détaillants au Canada et au Québec. Il représente plus de 45 000 commerces de tous types, notamment des grands magasins, des magasins spécialisés, des magasins à rabais, des magasins indépendants et des détaillants en ligne. Les membres du CCCD ont une offre diversifiée de produits, allant des articles d’usage courant aux produits d’épicerie et de pharmacie. Ses membres sont responsables de plus de 70 % des ventes au détail réalisées au Canada. Le CCCD est le seul représentant de la distribution alimentaire au Canada et au Québec. Il est un ardent défenseur du commerce de détail au Canada et collabore avec l’ensemble des paliers de gouvernement et d’autres parties prenantes dans le but de favoriser la croissance de l’emploi et les possibilités de carrière dans le commerce de détail, de promouvoir et de soutenir les investissements du secteur du détail dans les communautés canadiennes ainsi que d’améliorer l’offre de produits proposée aux consommateurs et la compétitivité de l’industrie. Le commerce de détail au Québec spécifiquement, c’est près de 33 000 magasins, plus de 500 000 travailleurs et plus de 81 milliards de $ de ventes au détail annuellement.

 

Pour plus de renseignements :

Jean-François Belleau
Conseil canadien du commerce de détail
Relations publiques
[email protected]
514-210-1709


 

Source: Cision

 

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.