Coronavirus | Ressources humaines

Les stratégies mises de l’avant en 2021 par les détaillants pour atténuer les conséquences de la pandémie de COVID-19 les préparent à relever les défis que leur réserve 2022

12 janvier, 2022

TORONTO – Le 11 janvier 2021

Qui aurait pu prévoir les tempêtes que les détaillants, à l’instar de tant d’autres entreprises, ont dû traverser en 2021 ? Au terme d’une première semaine complète en 2022, le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) revient sur certains des enjeux qui continuent à affecter les détaillants ainsi que sur la façon dont ces derniers s’adaptent pour faire face aux imprévus.

Le problème le plus inattendu avec lequel les fabricants et les détaillants du monde entier ont dû composer en 2021 a sans nul doute été la soudaineté des problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement. Les commerçants ont mis en place des plans d’urgence afin de tirer le maximum de la possibilité que les produits arrivent sur les tablettes de leurs magasins en commandant à l’avance, en gonflant leurs stocks et en diversifiant leurs fournisseurs et leurs assortiments de produits. En conséquence, il y a presque toujours eu des produits sur les étagères, mais les retards de livraison de marchandise ainsi que les pénuries de certaines marques et de certains modèles – tout cela sur fond de hausse des prix – devraient se poursuivre pendant un bon moment en 2022. Il faut en outre s’attendre à voir les détaillants analyser ce qu’ils peuvent faire pour revoir leur chaîne d’approvisionnement afin que celle-ci soit plus près de chez eux. Certaines approches, comme des solutions d’approvisionnement en Amérique du Nord, ainsi que diverses stratégies de pré-commande de stocks ou de transfert de produits afin de regarnir les étagères des magasins, seront examinées afin de faire face aux problèmes de plus en plus aigus de la chaîne d’approvisionnement.

Les pénuries de main-d’œuvre ont également préoccupé les détaillants en 2021 et sont aujourd’hui de plus en plus criantes. Les détaillants rapportent des taux d’absentéisme de leur personnel atteignant les 20 % en raison du variant Omicron. Et le manque de tests ne fait qu’aggraver le problème. Les détaillants répondent au manque chronique de personnel en recourant à différentes stratégies – mesures incitatives, paiement d’indemnisations, versement de primes à la signature ou de rétention, etc. –, à des tactiques de recrutement novatrices et à la technologie de libre-service dans les magasins, lorsque cela est possible. Nous nous attendons à ce que les pénuries de main-d’œuvre persistent, en particulier si les consommateurs continuent à se tourner vers le commerce électronique et l’achat en ligne, les deux exigeant des révisions d’effectifs dans les entrepôts de distribution, les centres de service à la clientèle, au sein des TI et dans les infrastructures de transport.

 Si on considère l’avenir, les détaillants sont également préoccupés par certaines répercussions à travers la chaîne d’approvisionnement, notamment sur le transport, qui aggravent le problème de pénurie de main-d’œuvre. Des détaillants commencent à voir des envois de marchandises vers leurs centres de distribution être ralentis par le manque de chauffeurs des services de transport de leurs fournisseurs, qui sont en arrêt maladie. Avec l’entrée en vigueur, le 15 janvier 2022, de la vaccination obligatoire pour les camionneurs, les associations de camionnage prévoient qu’un nombre important de camionneurs cesseront les déplacements transfrontaliers. Le CCCD craint que cela n’entraîne une autre hausse des coûts du fret ainsi que de nouvelles perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Les défis évoqués plus haut montrent qu’en tant qu’industrie, nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant de songer au retour d’une quelconque « normalité » pré-pandémique. Toutefois, même si les épreuves ont été grandes en 2021, nous espérons qu’en continuant à travailler en étroite collaboration avec les représentants de la Santé publique et les gouvernements de partout au Canada – et avec le fort appui de tous les consommateurs –, les détaillants sauront tirer leur épingle du jeu en 2022 et au cours des années suivantes.

-30-

À propos du Conseil canadien du commerce de détail

L’industrie du commerce de détail est le plus important employeur du secteur privé au Canada. Elle emploie près de 2 millions de Canadiens et génère annuellement plus de 78 G$ en salaires et avantages sociaux. Les ventes au détail de base (excluant les automobiles et l’essence) se sont élevées à plus de 400 G$ en 2020. Les membres du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) sont responsables de plus des deux tiers de ces ventes. Le CCCD est une association à but non lucratif financée par l’industrie du détail et défend les intérêts des petites, moyennes et grandes entreprises de ce secteur au pays. En tant que la Voix des détaillantsMC au Canada, le CCCD est fier de représenter plus de 45 000 commerces de détail de tous types, des magasins à rayons aux épiceries, en passant par les magasins de spécialités, les magasins de rabais, les commerces de détail indépendants et les boutiques en ligne. www.commercedetail.org/

Pour en savoir plus ou planifier des entrevues avec les médias, veuillez communiquer avec :
Kiana Pagé-Lajoie, à kpage-lajoie@cccd-rcc.org

 

 

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.