Finances et politiques fiscales | Québec

Annonce du budget provincial 2020-2021

10 mars, 2020

Source: Cisioncccd

 

 

 

Budget provincial 2020-2021 :

Priorité environnement, mais bien peu pour la main-d’œuvre


 

Montréal (Québec), le 10 mars 2020 – Le Conseil canadien du commerce de détail, la voie la plus crédible en matière de commerce au Canada et au Québec, a fait part de ses réflexions au ministère de finances. Fort de ses 18 000 magasins membres au Québec qui emploient plus 350 000 Québécois quotidiennement, le CCCD représente autant les grandes chaines que les petits commerçants qui animent les centres-villes et les rues commerçantes du Québec. Rappelons qu’en janvier dernier, le CCCD avait soumis une pléiade de propositions au gouvernement du Québec dans le cadre de la consultation prébudgétaire. Nos demandes et nos pistes de solutions concernaient le commerce électronique, les dernières annonces environnementales (gros électroménagers, consigne et collecte sélective), la réduction des plastiques à usage unique ainsi que la pénurie de main-d’œuvre minant le secteur du commerce de détail. Suite à la publication du budget provincial 2020-2021, Nous souhaitons donc faire état de la situation et des impacts sur nos détaillants.

 

Environnement

Le gouvernement, à juste titre, souhaite poser des gestes en matière environnementale. Récemment, il a été annoncé que les gros électroménagers ainsi que la collecte sélective seraient dorénavant soumis à la responsabilité élargie des producteurs (REP) et que la consigne serait élargie. Le CCCD est déçu qu’aucune somme n’ait été prévue afin d’aider les commerçants dans la gestion de la transition vers ces nouveaux systèmes de gestion des matières résiduelles.

Bien que nous comprenions et partagions la volonté du gouvernement d’en faire plus en matière d’environnement, nous demandions à ce que le ministère des Finances, en collaboration avec le ministère de l’Environnement, le ministère de l’Économie et de l’Innovation, le ministère du Revenu et le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes produisent une étude d’impact sur la compétitivité des entreprises québécoises et le pouvoir d’achat des Québécois dans le cadre des deux mesures annoncées par le gouvernement.

 

L’usage du plastique

On parle beaucoup de la réduction des plastiques et certaines municipalités se sont engagées dans la voie de la réglementation ou du bannissement des sacs d’emplettes en plastique. Conscient de la situation et voulant favoriser la réduction de l’utilisation du plastique, le CCCD a proposé le bannissement des sacs d’emplettes en plastique à usage unique sur l’ensemble du territoire québécois.

Le CCCD tend la main au ministère de l’Environnement afin que nous puissions travailler de concert à la réduction de l’utilisation des emballages non essentiels et à la transition vers des modes d’emballage sécuritaire et écoresponsable, et ce, au bénéfice de tous les Québécois.

 

Pénurie de main-d’œuvre

Le budget 2019-2020 comportait des mesures d’allégement fiscal et d’employabilité pour les personnes retraitées. Ces mesures, très bien accueillies par l’industrie, étaient limitées aux PME. Le CCCD proposait d’élargir les mesures d’employabilité des personnes retraitées à l’ensemble du secteur du commerce de détail.

Outre les différentes mesures visant l’enseignement supérieur et pour favoriser le retour en emploi des personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi, pour lesquels le CCCD ne peut que se réjouir, le budget provincial 2020-2021 ne comporte aucune mesure visant à aider concrètement les détaillants à faire face à la pénurie de main-d’œuvre, qui ne fait que s’accélérer au fil des prochaines années.

De plus, nous croyons que dans le cadre de la pénurie de main-d’œuvre le gouvernement du Québec doit mettre en œuvre des discussions avec le gouvernement fédéral afin de coordonner une révision de la fiscalité de la retraite pour favoriser le retour en emploi des travailleurs expérimentés.

 

Commerce électronique

Au fil des années, il a été amplement démontré qu’il existe encore aujourd’hui un désavantage concurrentiel pour les bons citoyens corporatifs qui opèrent au Québec. Est-il encore utile d’en faire la démonstration alors qu’un produit similaire peut être acheté en ligne sans que toutes les taxes soient perçues comme elles le sont en magasin ? La réponse est non, il est de notoriété publique que ce genre de chose se produise quotidiennement, privant les commerçants québécois d’une clientèle légitime et l’État québécois et le Canada des revenus provenant de ces taxes.

Bien que le gouvernement souhaite « favoriser la saine concurrence », le CCCD aurait aimé que le gouvernement pose des gestes concrets afin de rendre l’environnement commercial québécois équitable pour tous. En effet, aucune mesure ni action concrètes n’ont été annoncées dans ce budget provincial 2020-2021. Sur cette question, le président du CCCD Québec M. Marc Fortin, a été catégorique :

« Notre expertise, notre présence pancanadienne et l’importance de nos membres dans le marché québécois font de nous un acteur incontournable en matière de commerce de détail. Il est temps de regarder le commerce en ligne dans une perspective de développement. »

 

Contexte économique

Le CCCD souhaite souligner et saluer les différentes initiatives gouvernementales afin de maintenir le niveau d’activité économique du Québec. Par exemple, les 130 milliards de dollars affectés aux investissements en infrastructure permettront de maintenir ou de générer des retombées économiques favorables aux activités des détaillants québécois.

Finalement, le CCCD aurait aimé voir quelques mesures d’allégement fiscal notamment quant à la taxe sur la masse salariale, afin d’atténuer l’augmentation du salaire minimum qui entrera en vigueur au mois de mai prochain. Le Conseil rappelle au gouvernement du Québec que nous sommes toujours intéressés à discuter des modalités entourant l’augmentation du salaire minimum afin de trouver des moyens pour permettre de conjuguer l’intérêt des détaillants québécois et les intérêts du gouvernement.

Le commerce de détail est au cœur de la vie communautaire de nos villes et de nos régions. Cette présence, souvent oubliée par les différentes instances, est mise à rude épreuve par les différentes iniquités fiscales et par la complexité des mesures mise en place par les différents paliers de gouvernements au fil des dernières années.

 

 

À propos du Conseil canadien du commerce de détail

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) est la voix des détaillants au Canada et au Québec. Il représente plus de 45 000 commerces de tous types, notamment des grands magasins, des magasins spécialisés, des magasins à rabais, des magasins indépendants et des détaillants en ligne. Les membres du CCCD ont une offre diversifiée de produits, allant des articles d’usage courant aux produits d’épicerie et de pharmacie. Ses membres sont responsables de plus de 70 % des ventes au détail réalisées au Canada. Le CCCD est le seul représentant de la distribution alimentaire au Canada et au Québec. Il est un ardent défenseur du commerce de détail au Canada et collabore avec l’ensemble des paliers de gouvernement et d’autres parties prenantes dans le but de favoriser la croissance de l’emploi et les possibilités de carrière dans le commerce de détail, de promouvoir et de soutenir les investissements du secteur du détail dans les communautés canadiennes ainsi que d’améliorer l’offre de produits proposée aux consommateurs et la compétitivité de l’industrie. Le commerce de détail au Québec spécifiquement, c’est près de 33 000 magasins, plus de 500 000 travailleurs et plus de 81 milliards de $ de ventes au détail annuellement.

 

-30-

 

Pour plus de renseignements :

Jean-François Belleau
Conseil canadien du commerce de détail
Relations publiques
jfbelleau@cccd-rcc.org
514-316-7659

 

Source: Cision

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.