Finances et politiques fiscales | nationale | Retail By The Numbers rapport

Statistique Canada publie les chiffres de ventes au détail pour le mois d’avril

19 juin, 2020

La publication des chiffres de vente ce matin était bien pire que ce que Statistique Canada avait prédit. Ces chiffres soulignent l’impact réel de la pandémie sur le secteur du commerce de détail, en particulier pour les détaillants dans les catégories de dépenses discrétionnaires. 

  • Les ventes au détail ont diminué de plus d’un quart (-26,4 %) en avril pour s’établir à 34,7 milliards de dollars et ont diminué d’un tiers (-33,6 %) depuis la mise en place de mesures de distanciation à la mi-mars. (Les ventes au détail devraient diminuer de –15 %). 
  • À titre de comparaison, aux États-Unis, les ventes au détail ont diminué (-17,1 %) en avril.
    • Les fermetures de magasins au Canada ont été plus importantes qu’aux États-Unis, les provinces imposant des fermetures et les consommateurs étant priés de rester à la maison et de n’acheter que les articles essentiels (en magasin). La plupart des détaillants canadiens n’ont pas offert de magasinage en magasin en avril. 
  • Les magasins de vêtements et d’accessoires (-84,8 %), d’articles de sport, de passe-temps, de livres et de musique (-66,7 %) et de concessionnaires de véhicules automobiles et de leurs pièces (-64,2 %) ont enregistré les plus fortes baisses en pourcentage de février à avril. 
  • Les taux de déclins régionaux variaient. 
    • Les baisses les plus importantes se sont produites en Ontario et au Québec, les provinces ayant déclaré le plus de cas de la COVID-19 en avril. 
    • Les ventes au détail ont diminué de près du tiers (-32,8 %) en Ontario, après une baisse de 8,5 % en mars. Les ventes dans la région métropolitaine de Toronto ont diminué de 35,6 %. 
    • Les ventes ont diminué de (-27,8 %) au Québec, et surtout dans la communauté métropolitaine de Montréal (-31,3 %). 
    • En Colombie-Britannique, les ventes ont diminué d’un cinquième (-20,7 %) après une baisse de 3,7 % en mars. Les ventes dans la région métropolitaine de Vancouver ont diminué de 23,9 %. 
    • Plus de détails de Statistique Canada 
  • Les ventes ont diminué dans les 11 sous-secteurs en avril. 
    • Quelques secteurs (par exemple, épicerie, cannabis, électronique / mobilier de bureau, autres consommables) ont bien résisté ou ont connu une croissance (en particulier les détaillants essentiels), car les changements spectaculaires dans les habitudes d’achat et la vie des Canadiens ont été les plus marqués au mois d’avril, le premier mois complet de confinement. 
    • Les détaillants de vêtements et d’autres formats basés dans des centres commerciaux ne pouvaient tout simplement pas compenser la perte d’accès à leurs magasins avec l’incroyable croissance de leur commerce électronique. 
  • Les petits et moyens détaillants ou les petites entreprises n’ayant pas de commerce électronique ont le plus souffert et cette lutte peut également se refléter dans les chiffres de mai. 
  • Le commerce électronique, rapporté à 9 % du commerce de détail, est sous-déclaré, mais la tendance est indubitable – un changement massif dans le modèle d’achat. 
    • Le nombre se rapproche probablement de 15 % du commerce de détail de base, car Statistique Canada n’inclut pas les ventes d’Amazon ou de Wayfair par exemple – comme ils n’ont pas de magasins au Canada – ils sont considérés comme des entrepôts, donc leurs chiffres de vente ne sont pas reflétés dans les 9 % ( donc pour notre estimation de 15 %, tout est inclus). 

Alors que les magasins commencent à rouvrir à travers le pays, le CCCD surveillera attentivement ces chiffres pour suivre l’évolution des comportements d’achat des consommateurs et comment le CCCD, les gouvernements et les autres parties prenantes peuvent le mieux soutenir l’une des industries les plus importantes et le plus grand employeur du secteur privé au pays. 

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.