SONDAGE : Les consommateurs entendent célébrer davantage lors des Fêtes cette année et prévoient dépenser autant que l’an dernier, en dépit des difficultés - Retail Council of Canada
Marketing et marchandisation | Nationale

SONDAGE : Les consommateurs entendent célébrer davantage lors des Fêtes cette année et prévoient dépenser autant que l’an dernier, en dépit des difficultés

24 octobre, 2022

Effectuer des achats lors du Vendredi fou, du Cyberlundi et des Soldes d’après Noël demeure important pour les Canadiens, qui comptent profiter des aubaines les plus intéressantes au cours de la période des Fêtes

Le 5e Sondage annuel du CCCD sur le magasinage des Fêtes, réalisé par Léger auprès de 2 500 Canadiens d’un océan à l’autre, révèle que les consommateurs ont hâte de revenir aux traditions du temps des Fêtes. Personne, toutefois, ne saurait dire avec assurance quand, comment et auprès de qui ils feront leurs achats, tant leurs habitudes sont bouleversées.

La difficile situation financière qui prévaut actuellement affecte 6 Canadiens sur 10, mais la plupart entendent dépenser à peu près le même montant, soit 790 $, qu’ils prévoyaient dépenser en 2021.

Si 8 consommateurs sur 10 prévoient acheter des cadeaux pour les autres cette année, 62 % déclarent que leurs habitudes à cet égard ont changé au cours des dernières années, principalement parce qu’ils souhaitent faire des cadeaux ayant une plus grande signification à moins de gens. Six consommateurs sur 10 chercheront plus les aubaines cette année que les années passées, et plusieurs analyseront les produits d’un plus grand nombre de détaillants pour s’assurer de trouver les meilleurs cadeaux au meilleur prix. Par ailleurs, bien qu’un certain nombre de consommateurs aient commencé à dire qu’ils voulaient amorcer leurs achats des Fêtes avant novembre cette année, ils semblent vouloir attendre un peu (36 % en 2022, contre 42 % en 2021), sans doute dans l’espoir de trouver des aubaines encore plus intéressantes.

Six répondants sur 10 ont en outre déclaré que le magasinage des Fêtes avait perdu un peu de sa magie. Fait intéressant, 6 consommateurs sur 10 effectueront aussi leur recherche de cadeaux directement en magasin cette année (plus que l’an dernier) dans l’espoir de retrouver l’excitation du magasinage des Fêtes qu’ils aimaient tant avant la pandémie. Le Vendredi fou et le Cyberlundi continueront d’être bien occupés en magasin et en ligne, les consommateurs cherchant à la fois à profiter des aubaines et à renouer avec l’esprit des Fêtes.  

Les célébrations en personne devraient faire leur grand retour cette année, et les Canadiens s’attendent à dépenser la part la plus importante de leur budget des Fêtes chez les détaillants de produits alimentaires et de boissons, les fournisseurs de services alimentaires ainsi que dans les restaurants. Les consommateurs considèrent un plus grand éventail de détaillants cette année pour effectuer leurs achats de cadeaux, près de la moitié des Canadiens déclarant qu’ils entendent magasiner dans différents magasins de rabais au cours de la période des Fêtes.

Le sondage de cette année exploite par ailleurs l’analytique appliquée afin d’évaluer les comportements déclarés en fonction de ce qui est susceptible d’avoir une incidence réelle sur les comportements de consommation. Si les craintes entourant les retards d’approvisionnement et les risques de perturbations causées par une nouvelle vague de COVID-19 persistent et font partie des grandes préoccupations énoncées par les répondants, les analyses avancées de Léger permettent de déterminer que les détaillants proposant des bas prix, des rabais et la livraison gratuite sont susceptibles d’intéresser 81 % des consommateurs. 

Les analyses plus poussées de cette année ont également porté sur le profilage des comportements de consommation et isolé cinq segments de consommateurs effectuant des achats des Fêtes.  L’acheteur des Fêtes en ligne (24 %), l’acheteur des Fêtes désinvesti (23 %), l’acheteur des Fêtes enthousiaste (19 %), l’acheteur des Fêtes festif (19 %) et l’acheteur des Fêtes désenchanté (15 %). Ces profils détaillés comportent des précisions sur les différences entre ces consommateurs, qu’il s’agisse de prévisions de dépenses des Fêtes, de méthode d’achat, du moment des achats, de la meilleure façon de communiquer avec eux, de l’importance de l’achat local, des principaux comportements et attitudes de consommation au cours des Fêtes ou des principaux détaillants et catégories de produits que ces consommateurs privilégieront lors de leurs achats des Fêtes. Ces renseignements se trouvent dans le sondage, dont l’intégralité est réservée aux membres du CCCD.

« Les Québécois reviennent aux célébrations en personne et aux achats dans les magasins cette année et ils ont hâte de retrouver ce sentiment festif, cette “magie des Fêtes”, a déclaré Michel Rochette, président pour le Québec du Conseil canadien du commerce de détail. Les défis des dernières années et les préoccupations financières existent toujours, mais les Québécois sont clairement déterminés à ne pas laisser ces problèmes gâcher leurs célébrations cette année. Les détaillants se préparent à répondre aux besoins des consommateurs en leur proposant des expériences de magasinage uniques ainsi que des promotions et des produits sensationnels. » 

EN BREF :

  • Davantage de consommateurs prévoient profiter des aubaines, des ventes des Fêtes et des promotions et ont commencé à magasiner tôt pour saisir les meilleures affaires et les meilleurs prix.
    • Six répondants sur 10 ont déclaré qu’ils rechercheraient plus les aubaines que par les années passées.
    • La tendance des consommateurs à vouloir profiter des aubaines les plus intéressantes se maintiendra (36 % en 2022 contre 42 % en 2021, 33 % en 2020 et 26 % en 2019) et entraînera un début hâtif du magasinage des Fêtes. En 2022, les consommateurs magasineront un peu plus qu’en 2021 avant de faire leurs achats.
    • Novembre demeurera le mois de magasinage le plus occupé.
      • 35 % des consommateurs prévoient amorcer leur magasinage des Fêtes en novembre.
    • 28 % entendent magasiner lors du Vendredi fou, 21 % lors du Cyberlundi et de la semaine du Cyberlundi, et 18 % lors des Soldes d’après Noël.
  • Les intentions d’achat pour les Fêtes sont similaires à celles de l’an dernier.
    • À l’échelle nationale, les Canadiens prévoient dépenser en moyenne 790 $ (contre 792 $ en 2021).
  • La division des dépenses entre les achats en magasin et les achats en ligne continuera à suivre le schéma qui s’est établi au cours de la pandémie, ce qui rappelle une fois de plus l’importance pour les détaillants d’offrir aux consommateurs des expériences sans faille dans l’ensemble de leurs canaux de vente.
  • On s’attend à ce qu’en 2022, 63 % de l’ensemble des achats (63 % en 2021 et 58 % en 2020) se fasse en magasin et 37 % en ligne (37 % en 2021 et 42 % en 2020).
      • En 2019, avant la pandémie, on prévoyait que 72 % des achats se fassent en magasin, et 28 %, en ligne.
  • Soutenir les détaillants locaux demeure une priorité pour les Canadiens.
    • 74 % estiment qu’il est important d’effectuer des achats locaux, et 42 % prévoient faire leurs achats chez des détaillants locaux cette année.
  • Les catégories de produits qui concentreront le plus les dépenses des Canadiens ont changé avec la perspective d’un plus grand nombre de rencontres en personne, les détaillants de produits alimentaires et de boissons, les fournisseurs de services alimentaires et les restaurants enregistrant les gains les plus importants à cet égard.
    • Les principales catégories de produits sont ainsi les aliments, l’alcool, les bonbons et les sucreries (16 % contre 12 % en 2021), les vêtements (16 % contre 16 % en 2021), les services d’aliments et de boisson (11 % contre 7 % en 2021) et les jouets (10 % contre 10 % en 2021).

 

AUTRES FAITS DIGNES DE MENTION :

  • Parmi les grandes préoccupations énoncées en vue des Fêtes, citons les suivantes : le coût de la vie et l’inflation (26 %), suivis de la disponibilité des produits (22 %) et des craintes liées à la COVID-19 et à la sécurité (20 %).
  • Toutefois, les analyses avancées de Léger suggèrent que 81 % des consommateurs seront attirés par un mélange de bas prix et de rabais généraux (52 %), de livraison gratuite (18 %) et de ventes et de promotions des Fêtes (11 %).
  • 44 % des Canadiens chercheront à acheter des cartes-cadeaux cette année, et parmi eux 15 % déclarent qu’ils dépenseront plus pour l’achat de cartes-cadeaux que l’an dernier.
  • La sélection de détaillants chez qui les consommateurs prévoient magasiner sera encore plus importante en 2022, et 47 % des Canadiens magasineront aussi dans les magasins de rabais en vue des Fêtes. Parmi les principales différences par rapport aux années passées, citons ce qui suit :
    • Gros détaillants – 68 % en 2022 (contre 53 % en 2021 et 46 % en 2020), détaillants de produits alimentaires et de boissons – 56 % en 2022 (contre 35 % en 2021 et 42 % en 2020), magasins de vêtements – 54 % en 2022 (contre 46 % en 2021 et 36 % en 2020), services de produits alimentaires et de boissons – 48 % en 2022 (contre 35 % en 2021 et 42 % en 2020), détaillants de jouets et de jeux – 38 % en 2022 (contre 34 % en 2021 et 29 % en 2020), grands magasins – 37 % en 2021 (contre 30 % en 2021 et 25 % en 2020), détaillants de produits électroniques – 33 % en 2022 contre 29 % en 2021 et 24 % en 2020), détaillants d’articles de sport, de passe-temps et de musique – 28 % en 2022 (contre 24 % en 2021 et 19 % en 2020) et détaillants d’accessoires de maison – 14 % en 2022 (contre 7 % en 2021 et 6 % en 2020).

PRINCIPALES PARTICULARITÉS RÉGIONALES :

QUÉBEC

  • Comme les années passées, les Québécois prévoient dépenser moins que le reste du Canada au cours de la période des Fêtes, soit 588 $ contre 790 $ en moyenne à l’échelle nationale (et 850 $ dans le reste du Canada).
  • Tout porte à croire que les Québécois se laisseront plus facilement gagner par l’esprit des Fêtes et seront moins préoccupés par la pandémie de COVID-19 et les autres sources de stress. Ils sont d’ailleurs plus enclins à déclarer qu’ils ont hâte d’éprouver la joie du magasinage des Fêtes cette année (47 % contre 42 % en moyenne à l’échelle nationale). Les Québécois sont moins stressés par le magasinage des Fêtes (30 % contre 42 % en moyenne à l’échelle nationale). Ils sont plus enclins à penser que les célébrations des Fêtes seront plus importantes cette année que l’an dernier (41 % contre 36 % en moyenne à l’échelle nationale).
  • Les Québécois sont plus susceptibles d’acheter des cadeaux pour eux-mêmes en vue des Fêtes de cette année (26 % contre 21 % en moyenne à l’échelle nationale).
  • Si l’achat local demeure important pour les Québécois, il n’est pas aussi important pour eux que pour les autres Canadiens (69 % contre 74 % en moyenne à l’échelle nationale).
  • Les Québécois sont moins préoccupés que le reste des Canadiens par la possibilité qu’une nouvelle vague de la pandémie vienne bouleverser leurs plans pour les Fêtes (46 % contre 52 % en moyenne à l’échelle nationale).

ONTARIO

  • Les Ontariens estiment qu’ils dépenseront en moyenne 873 $ pour les Fêtes (contre 790 $ en moyenne à l’échelle nationale).
  • Les Ontariens semblent avoir des préoccupations persistantes au sujet de la COVID-19, étant les consommateurs les plus susceptibles de porter un masque en faisant leurs achats des Fêtes si les magasins sont bondés (61 % contre 45 % au Québec et 57 % à l’échelle nationale).
  • Même si les Ontariens demeurent très préoccupés par la COVID-19, ils sont plus enclins à vouloir retourner dans les magasins et faire du lèche-vitrine pour trouver des idées de cadeaux que les habitants des autres provinces (59 % contre 42 % au Québec et 56 % à l’échelle nationale).

CANADA ATLANTIQUE

  • Si les Canadiens de l’Atlantique sont plus susceptibles de s’en tenir à leur budget (72 % contre 62 % à l’échelle nationale), ils sont plus enclins à effectuer leurs achats dans les magasins de rabais (52 % contre 47 % à l’échelle nationale) et sont davantage préoccupés par la possibilité que l’inflation et le coût de la vie affectent leur magasinage des Fêtes (34 % contre 26 % à l’échelle nationale) et ils prévoient dépenser plus que la moyenne nationale (874 $ contre 790 $).
  • Ils sont moins enclins à penser que les célébrations du temps des Fêtes de cette année seront plus importantes que l’an dernier (27 % contre 36 % à l’échelle nationale).
  • En commençant tôt leurs achats des Fêtes, les Canadiens de l’Atlantique sont plus susceptibles de devoir composer avec des ruptures de stock (45 % contre 32 % à l’échelle nationale).

MANITOBA/SASKATCHEWAN 

  • Les répondants du Manitoba et de la Saskatchewan prévoient dépenser moins que la moyenne nationale au cours des Fêtes (608 $ contre 790 $ en moyenne à l’échelle nationale). 

ALBERTA

  • Les Albertains prévoient dépenser plus que la moyenne nationale au cours des Fêtes (856 $ contre 790 $ en moyenne à l’échelle nationale).

COLOMBIE-BRITANNIQUE

  • Les répondants de la Colombie-Britannique prévoient dépenser plus que la moyenne nationale au cours des Fêtes (887 $ contre 790 $ en moyenne à l’échelle nationale). Ils sont aussi plus susceptibles de ne pas respecter leur budget ou de ne pas avoir de budget du tout (46 % contre 38 % à l’échelle nationale).

 

À propos du Sondage du CCCD sur le magasinage des Fêtes (réalisé par Léger)

Réalisé par Léger, le 5e Sondage du CCCD sur le magasinage des Fêtes, qui fait 147 pages, est consacré aux habitudes et aux comportements des Canadiens en vue de la prochaine saison des Fêtes. Ce rapport explique comment les comportements de magasinage varient en fonction des catégories de produits et des régions du pays. Bien que l’étude publiée cette année soit similaire à celle de l’an dernier, de nouvelles questions ont été ajoutées afin de comprendre plus en profondeur la façon dont les consommateurs prennent leurs décisions d’achat de cadeaux et d’établir les différents profils des consommateurs qui effectuent des achats lors de la période des Fêtes. Le sondage a été réalisé en ligne du 9 au 23 août 2022 en anglais et en français auprès d’un d’échantillon de 2 505 personnes représentatif de la population canadienne de 18 ans et plus. Un échantillon probabiliste de même taille aurait une marge d’erreur de +/- 2 %, 19 fois sur 20.

Le sondage peut être consulté dans son intégralité par les membres sur le site du CCCD.

Les médias qui souhaitent avoir accès au sondage dans son intégralité peuvent communiquer avec Emanuela Lolli en écrivant à ELolli@cccd-rcc.org.

-30-

 

À propos du Conseil canadien du commerce de détail

Le commerce de détail est le plus important employeur du secteur privé au Canada. Le secteur emploie plus de 2,2 millions de personnes au Canada, dont plus de 480 000 au Québec. Chaque année, c’est plus de 17 G$ en salaires que l’industrie verse aux Québécois. Les ventes au détail dans la Belle Province s’élèvent à plus de 130 G$. En tant que la Voix des détaillantsMC au Québec et au Canada, le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD), association sans but lucratif financée par l’industrie, représente des entreprises de toutes tailles implantées dans toutes les régions du pays. Il s’agit de plus de 36 000 magasins au Québec, dont près de 15 000 sont membres du CCCD, opérant dans tous les secteurs du détail comme la mode, la bijouterie, les produits d’épicerie, la pharmacie, les articles de quincaillerie, et comptant autant des détaillants indépendants que des grandes surfaces, des commerces en ligne et bien plus. www.commercedetail.org

Pour en savoir plus ou planifier des entrevues avec les médias, veuillez communiquer avec :
Emanuela Lolli à ELolli@cccd-rcc.org.

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.