Développement durable

COVID-19: Un barrage routier pour la gestion des déchets

22 mai, 2020
COVID-19: Un barrage routier pour la gestion des déchets

La majorité des Canadiens se distançant socialement à la maison et la fermeture d’entreprises non essentielles, la pandémie de la COVID-19 a eu des répercussions de grande envergure pour diverses industries, y compris le secteur de la gestion des déchets. De nombreuses municipalités à travers le pays ont noté des changements dans la production de déchets résidentiels tandis que les installations de tri ont signalé une réduction des capacités de traitement en raison de mesures de distanciation physique. Les services de collecte ont également été temporairement suspendus dans certaines juridictions pour la santé et la sécurité des travailleurs. 

Production de déchets résidentiels 

La COVID-19 a eu un impact différent sur les municipalités à travers le pays en termes de production et de collecte de déchets, certains signalant une augmentation des déchets résidentiels tandis que d’autres ont diminué. Par rapport aux statistiques des années précédentes, la région métropolitaine de Vancouver a signalé une baisse de 10% de la production globale de déchets, principalement en raison de la fermeture des entreprises, ce qui a entraîné une réduction de 25% des déchets commerciaux. En comparaison, les déchets résidentiels de la région métropolitaine de Vancouver ont augmenté en avril, un plus grand nombre de personnes restant à la maison. 

La ville d’Ottawa a également signalé une augmentation des déchets résidentiels, et davantage de données devraient être publiées au cours des prochaines semaines. D’après les résultats d’une enquête récente, l’Ontario Waste Management Association (OWMA) a signalé que les déchets résidentiels avaient augmenté de l’équivalent de «plus de 600 camions à ordures pleins» pour la période du 9 mars au 13 avril. 

Capacités de traitement réduites 

Les municipalités ont également signalé des réductions de capacités de traitement dans les installations de tri en raison d’exigences de distance physique limitant le nombre d’employés travaillant sur le même quart de travail. Dans la ville d’Edmonton, ces mesures ont entraîné le stockage de matières recyclables pour un traitement ultérieur, tandis qu’un récent rapport indiquait qu’environ 25% de matières des sacs bleus étaient envoyées directement au site d’enfouissement. 

Collecte des boîtes bleues suspendue 

Au cours des dernières semaines, il y a également eu des suspensions dans la collecte des boîtes bleues pour la sécurité des travailleurs avec des demandes faites au public pour stocker le matériel, si possible. Par exemple, la ville de Brockville en Ontario, a suspendu la collecte des boîtes bleues pendant deux semaines tandis que la ville de Fredericton au Nouveau-Brunswick a ​​annoncé qu’elle ne trierait plus le recyclage venant en décharge à compter du 6 avril. 

Suspension des programmes de dépôt de bouteilles 

En raison de préoccupations concernant la santé et la sécurité des employés, de nombreux programmes de dépôt de bouteilles ont été suspendus à travers le pays, les consommateurs étant priés de garder les bouteilles à la maison. Bien que les dépôts de bouteilles et les programmes aient recommencé à fonctionner dans de nombreuses provinces, il y a eu des fermetures et des réductions importantes des heures de service. En conséquence, de nombreuses brasseries ont signalé des pénuries de bouteilles, ce qui a contribué à des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

En Colombie-Britannique, en Ontario et en Alberta, la collecte recommence après des semaines de fermetures et des heures réduites. Pendant ce temps, au Québec, le retour à la vente au détail a été suspendu à la fin du mois de mars, mais des initiatives limitées recommencent à être offertes, notamment la collecte de bouteilles dans les stationnements et aux quais de livraison. La collecte commence également à reprendre dans les provinces de l’Atlantique, y compris à Terre-Neuve et au Nouveau-Brunswick, avec de longues files d’attente à l’extérieur des dépôts. À titre de comparaison, les dépôts demeurent fermés en Saskatchewan, sans date de réouverture prévue.

Accès à des matériaux recyclés  

Bien qu’il soit encore tôt pour prédire quels seront les impacts durables de la COVID-19, il est à craindre que la diminution de la collecte de matières recyclables en Amérique du Nord rende plus difficile l’accès des fabricants aux matériaux recyclés pour produire des produits et des emballages. L’industrie du transport maritime a également dû s’adapter en proposant moins de traversées, ce qui a entraîné une augmentation des taux, ce qui rend le transport des déchets de fer plus coûteux. 

Pour cette raison, l’industrie asiatique du recyclage des plastiques a déjà signalé des pénuries de déchets de plastique, qu’elle achète normalement aux États-Unis. L’industrie papetière chinoise a également signalé que la réduction des capacités d’expédition a limité la quantité de fibres récupérées provenant des États-Unis, de l’Europe et du Japon. 

Pendant ce temps, la Chine a approuvé le 29 avril dernier une révision des politiques de gestion des déchets solides pour déplacer progressivement le pays vers son objectif de zéro importation de déchets solides. La révision comprenait également des mesures concernant «la réduction de la production de plastique à usage unique, le renforcement de la capacité de recyclage nationale, l’établissement d’une responsabilité élargie des producteurs pour certains produits et plus». 

Par conséquent, il sera important de continuer à surveiller les systèmes de gestion des déchets et les chaînes d’approvisionnement, même si la pandémie de la COVID-19 commence à décliner, car il y aura des impacts durables nécessitant l’innovation et des plans de relance économique de la part du gouvernement. 

Veuillez nous contacter si vous avez des questions, des commentaires ou des suggestions pour de futurs sujets. 

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.