Alimentation et Épicerie | Développement durable | Québec

Consigne élargie – Annonce

30 janvier, 2020

cccd

Source: Cision

 

 

 

Projet de consigne élargie

Bon diagnostic, mais mauvais traitement


 

Montréal (Québec), le 30 janvier 2020 – Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) tient tout d’abord à saluer la volonté gouvernementale de s’attaquer au problème que constitue l’enfouissement plutôt que le recyclage des contenants à usage unique. L’annonce d’aujourd’hui démontre la sensibilité de ce gouvernement aux vrais enjeux environnementaux qui touchent quotidiennement les Québécois.

Bien que le Conseil canadien du commerce de détail comprenne et partage les motivations environnementales sous-jacentes à la démarche gouvernementale, nous croyons toutefois qu’il est important d’apporter quelques bémols sur la consigne proposée aujourd’hui.

Pour le CCCD, l’élargissement de la consigne est comme un désaveu du système de collecte sélective. Le Conseil croit plutôt qu’il faille réparer le système actuel plutôt que construire un système parallèle. À de nombreuses reprises et lors de plusieurs consultations auprès du Gouvernement, que ce soit lors de consultations sur la consigne élargie ou encore sur la responsabilité élargie des producteurs, notre organisation a toujours insisté sur l’importance de ne pas intervenir à la pièce.

Par ailleurs, le projet de consigne élargie tel que présenter aujourd’hui par le ministre aura pour effet de retirer des matières faciles à traiter et à revendre du bac bleu. Les plastiques transparents (bouteille d’eau, contenant de jus, etc.) sont faciles à trier et à revendre. En retirant ces matières, le gouvernement crée de toutes pièces un déficit de revenu pour les centres de tri performants.

 

« Alors que l’industrie du recyclage au Québec vit une des pires crises de son histoire, le gouvernement annonce que dorénavant ceux-ci seront privés des revenus associés au recyclage des contenants de boissons. » A déclaré Marc Fortin, président du Conseil canadien du commerce de détail Québec.

 

Il est malheureux de constater que les évènements récents nous donnent raison sur l’importance de rendre la gestion des centres de tri plus rigoureuse. Rappelons que cet élément fait partie des recommandations présentées au ministre par le comité qu’il avait mandaté pour la modernisation de la collecte sélective, comité formé de groupes environnementalistes et d’Éco entreprises Québec, représentant des transformateurs, distributeurs et détaillants.

Ce comité recommandait, entre autres, d’augmenter la participation de l’industrie dans la gestion du système de collecte sélective. Il est clair que les membres du CCCD souhaitent faire plus en matière d’environnement et, en tant que principaux bailleurs de fonds du système, ceux-ci souhaitent aussi être plus impliqués dans sa gestion.

 

Impact visible et impact caché pour les consommateurs et l’industrie

Une évaluation rapide de l’augmentation d’un panier d’épicerie en raison de cette décision nous amène à une majoration de près de 10 $ par panier d’épicerie par semaine pour une famille de 4 personnes, dont seulement 5 $ seraient remboursables via la consigne. En effet, ce que le gouvernement ne dit pas, c’est que son projet prévoit un volet consigne et un volet écofrais pour chaque contenant à usage unique mis en marché au Québec.

 

« Le montant de l’écofrais sera à être déterminé par les entreprises, permettant ainsi au gouvernement d’éviter d’avoir à annoncer ce matin le vrai prix de cette consigne pour les consommateurs. » Allègue Marc Fortin, président du Conseil canadien du commerce de détail Québec.

 

Il faut aussi souligner que les consommateurs se verront dorénavant dans l’obligation de rapporter beaucoup plus de contenants, alourdissant ainsi les temps d’attente aux machines ou aux centres dépôt. Arrêtons-nous aussi un instant sur l’impact pour les fabricants et les distributeurs alimentaires.

À partir de la mise en place de la consigne élargie ceux-ci devront revoir entièrement leurs chaînes de fabrication, de distribution et d’entreposage pour s’assurer que les produits consignables ou non selon la province atterrissent dans le bon marché de vente. Évidemment, ces éléments impacteront la planification financière de ces entreprises, sans compter le coût des adaptations informatiques afin de gérer les transactions et la comptabilité.

En terminant, et afin de mitiger les impacts pour les Québécois, le Conseil canadien du commerce de détail, la voix la plus crédible en matière de commerce au Canada et au Québec, souhaite faire partie des discussions menant à l’implantation du projet de consigne élargie du ministre. Fort de ses 18 000 magasins membres au Québec qui emploient plus 350 000 Québécois quotidiennement, le CCCD représente autant les grandes chaines que les petits commerçants qui animent les centres-villes et les rues commerçantes du Québec.

 

 

À propos du Conseil canadien du commerce de détail

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) est la voix des détaillants au Canada et au Québec. Il représente plus de 45 000 commerces de tous types, notamment des grands magasins, des magasins spécialisés, des magasins à rabais, des magasins indépendants et des détaillants en ligne. Les membres du CCCD ont une offre diversifiée de produits, allant des articles d’usage courant aux produits d’épicerie et de pharmacie. Ses membres sont responsables de plus de 70 % des ventes au détail réalisées au Canada. Le CCCD est le seul représentant de la distribution alimentaire au Canada et au Québec. Il est un ardent défenseur du commerce de détail au Canada et collabore avec l’ensemble des paliers de gouvernement et d’autres parties prenantes dans le but de favoriser la croissance de l’emploi et les possibilités de carrière dans le commerce de détail, de promouvoir et de soutenir les investissements du secteur du détail dans les communautés canadiennes ainsi que d’améliorer l’offre de produits proposée aux consommateurs et la compétitivité de l’industrie. Le commerce de détail au Québec spécifiquement, c’est près de 33 000 magasins, plus de 500 000 travailleurs et plus de 81 milliards de $ de ventes au détail annuellement.

 

-30-

 

Pour plus de renseignements :

Jean-François Belleau
Conseil canadien du commerce de détail
Relations publiques
[email protected]
514-316-7659

 

Source: Cision

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.