L’état d’urgence de nouveau décrété au Nouveau-Brunswick - Retail Council of Canada
Coronavirus | Nouveau-Brunswick | Santé et sécurité

L’état d’urgence de nouveau décrété au Nouveau-Brunswick

28 septembre, 2021

Le samedi 25 septembre 2021, le Nouveau-Brunswick a réinstauré l’état d’urgence afin de freiner l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 et d’hospitalisations dans la province. (Lire le communiqué et l’arrêté obligatoire liés à cette mesure.)

En vertu de l’arrêté obligatoire, les établissements de restauration rapide et les cinémas ne sont pas jugés essentiels et leurs responsables doivent donc s’assurer que toute personne qui y travaille est pleinement vaccinée contre la COVID-19 ou subit régulièrement des tests de dépistage (voir section 2 de la page 2 de l’arrêté). Le gouvernement doit encore fournir une définition de l’énoncé « subit régulièrement des tests de dépistage ». 

L’instauration, la semaine dernière, d’une preuve de vaccination pour les clients des entreprises jugées non essentielles n’est en rien modifiée par l’entrée en vigueur de l’arrêté obligatoire. Les cinémas et établissements de restauration rapide doivent demander une preuve de vaccination à leurs clients. Il est à noter que le service à emporter des établissements de restauration rapide est exempté de l’application des règles entourant la preuve vaccinale.

En vertu de l’arrêté obligatoire, le secteur du détail est jugé essentiel et est donc exempté de l’application des règles entourant la vaccination et le dépistage fréquent des employés. Les détaillants sont toutefois encouragés à adopter leurs propres politiques en la matière. Les commerces de détail ne sont pas non plus obligés de demander de preuve de vaccination à leurs clients. Toutefois, l’arrêté stipule que ces entreprises sont tenues de prendre toutes les mesures raisonnables pour assurer une distance de deux mètres ou plus entre les clients (voir section 5 de la page 4 de l’arrêté). Les employés des spas, des salons d’esthétique, de stylisme et de cosmétologie ainsi que des salons de barbier et de coiffure sont exemptés de l’obligation de distanciation physique lorsqu’ils travaillent auprès de clients. 

La réinstauration du port du masque obligatoire, la semaine dernière, s’applique à tous les espaces publics intérieurs.

Toutes les entreprises du Nouveau-Brunswick sont encouragées à remettre en œuvre et à adapter leurs plans opérationnels contre la COVID-19 pour s’assurer d’être conformes (notamment au sujet de la distanciation physique).

Les entreprises peuvent obtenir des trousses de dépistage rapide auprès de leur chambre de commerce locale.  Quiconque entre au Nouveau-Brunswick doit s’enregistrer au préalable par le biais du programme d’enregistrement de voyage du Nouveau-Brunswick. Remarque : Les camionneurs sont exemptés de l’enregistrement.

Établissements de restauration rapide des centres commerciaux

La santé publique a d’abord suggéré que ce soit la responsabilité des établissements de restauration rapide des aires de restauration des centres commerciaux de demander aux clients une preuve de vaccination. Le CCCD s’est élevé contre cette idée, faisant remarquer que ces établissements ne sont pas responsables des sections assises des aires de restauration. Le CCCD a en outre fait remarquer que de nombreux clients des établissements de restauration rapide des centres commerciaux passent des commandes à emporter et qu’il serait donc long et injuste pour les employés de ces commerces de devoir demander à chaque client s’il compte manger à une table et s’il dispose d’une preuve vaccinale 

Le CCCD a proposé que ce soit au personnel du centre commercial ou aux agents de sécurité de s’assurer que les clients assis à une table d’une aire de restauration sont bel et bien munis d’une preuve de vaccination. D’autres services du gouvernement ont déclaré partager la position du CCCD, et le gouvernement a donc décidé de ne pas déterminer officiellement qui est responsable de s’assurer que les consommateurs disposent d’une preuve vaccinale dans une aire de restauration d’un centre commercial.   

Le CCCD invite les membres du secteur de la restauration rapide à s’adresser aux propriétaires des centres commerciaux au Nouveau-Brunswick à ce sujet.

Jim Cormier

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :

Jim Cormier
Directeur, Relations gouvernementales (Atlantique)
jcormier@retailcouncil.org
902 422-4144

Soyez entendu. Économisez de l’argent. Restez informé.

Devenez membre.